Interview | Un consultant AMOA nous parle de la recette en méthode agile

Demba Traore est consultant AMOA à MGT Conseils depuis 2017 suite a une carrière en tant que responsable de service AMOA dans le secteur de la protection sociale pour le BTP. Dans cet article, notre assistant en maitrise d’ouvrage répond à nos questions sur les recettes en méthode agile.

Quelles sont tes différentes missions à Audiens ?

Dans ma mission pour le client Audiens (groupe de protection sociale pour les professionnels de la culture, de la communication et des médias), j’assiste la maitrise d’ouvrage sur quatre volets.

  1. La supervision et le suivi des évolutions du site internet des congés spectacles (Entreprises et particuliers)
  2. L’assistance technique sur l’assurance de personnes
  3. La rénovation du SI (Système d’information) d’Audiens sur le domaine ENTREPRISE
  4. Le déploiement de Google Suite et maintenant d’Office 365

Quel est ton principal objectif en tant que consultant AMOA ?

Mon principal objectif est de répondre aux besoins des clients. Aujourd’hui le challenge repose sur trois points déterminants à savoir l’agilité, le respect des contraintes de temps et la coordination de l’ensemble des parties prenantes pour atteindre un objectif commun. Un AMOA doit posséder les compétences de gestion de projet pour relever le défis. Couplé à la méthode Agile, la gestion de projet respecte davantage les contraintes liées aux besoins clients, de temps et donc de budget.

Notre consultant AMOA nous parle de la recette en méthode agile

Comment définis-tu la méthode agile ?

La méthode agile est une pratique en vogue dans la gestion de projet. Cette méthode nécessite d’impliquer le client et de responsabiliser les équipes tout au long du projet. Elle offre une meilleure communication entre les équipes de développements et le client grâce aux livraisons régulières et rapprochées, évitant ainsi les possibles incompréhensions et permettant alors de faire évoluer le projet. Les méthodes agiles reposent sur des cycles de développement itératif, incrémental et adaptatif contenant des phases de test.

Dans cet article, je parle des phases de tests qu’on appelle le recettage agile.

Quels sont les ingrédients pour réussir une recette en Agile ?

Dernière étape avant l’ouverture en live d’une application ou d’un site, la phase de validation métier qui vise à vérifier le bon fonctionnement de bout en bout, a du mal à faire recette !

Je note souvent un relâchement de la part des utilisateurs, qui ont une impression de déjà-vu et qui ne comprennent pas toujours pourquoi, ils doivent encore valider pour une énième fois quelque chose qu’ils ont vu se construire et évoluer sous leurs yeux et qui à priori fonctionne !

En Agile, rigueur et méthode s’imposent

Côté méthode, je définie et partage une méthode de travail avec les métiers qui découvrent en quoi consistent une recette. Cette présentation est nécessaire.

Voilà ce que je propose (finalement rien de plus classique) :

  1. Je prépare un cahier de recette et des cas de tests.
  2. Les utilisateurs testent et me remontent les anomalies rencontrées.
  3. Je les qualifie et les déclare si nécessaire via une application collaborative de suivi des travaux informatiques (type Redmine).
  4. Les développeurs apportent les corrections et les livrent.
  5. Les utilisateurs approuvent les éléments.

La problématique : Comment faire pour que ce ne soit pas classique ?

Esprit d’équipe et communication : faites régulièrement le point sur les recettes en cours. Communiquez avec les métiers et faites-leur valider les développements. Impliquez-les sur le contenu (texte). Les métiers ont la connaissance du public. Ils trouveront le champ lexical adéquat.

Effectuer des cycles très courts : ce point découle naturellement du point précédent. Plus les cycles seront courts, moindres seront les erreurs de prévision et plus rapidement vous pourrez itérer et intégrer les premiers retours clients dans les cycles à venir. Je conseille de préparer un diagramme de Gantt sur les points de recette à faire. Ainsi, on a une meilleure visibilité du résultat.

Préserver l’environnement de recette : il est nécessaire, si on veut tenir le chiffrage estimé en début de cycle, qu’une personne limite les perturbations extérieures des équipes de recette. Il faut assurer les meilleures conditions de travail pour les « recetteurs ».

Ce travail nécessite une forte montée en compétences de la part de l’AMOA qui doit prendre de la hauteur sur l’ensemble des sujets en cours et à venir.

En tant que consultant AMOA, je dois coordonner l’ensemble des interlocuteurs tout en respectant les emplois du temps de chacun. Mon objectif est de décharger un maximum les métiers sur la phase de recette en effectuant une pré qualification. Ainsi, nous arrivons à une expérience utilisateur efficace et crédible.

Halte aux régressions et retards sur le planning ! Comment fais-tu pour les éviter ?

Une fois le développement validé par les métiers, on ne doit pas se retrouver en situation de régression.  C’est pourquoi il faut trouver le moyen de figer le développement à une date de validation client. Des retards dans les validations peuvent être vite pris.

En effet, contrairement à des équipes recette dédiées, les métiers n’ont pas toujours de disponibilités pour « recetter ».

Pour les éviter, avant chaque sprint review, en tant que Product Owner,

  • J’effectue une 1ère validation de la ou des fonctionnalités qui seront présentées.
  • Je m’assure que les métiers disposent de tous éléments pour effectuer leurs tests en toute autonomie (comptes de tests, …).
  • Je vérifie que les développeurs n’ont pas livré en environnement de recette un nouveau développement que je n’ai pas encore validé…

De ce fait, les métiers gagnent du temps !

Comment gères-tu les demandes imprévues ?

La recette utilisateur est un échange écrit et oral. Chacun doit pouvoir trouver sa place dans ce processus. L’objectif est de vivre l’expérience utilisateur sans frustration pour l’ensemble des acteurs. Cependant, la recette est souvent l’occasion pour les utilisateurs d’avoir de nouvelles idées et de faire ressortir des anomalies, car cela ne fonctionne pas tout à fait de manière optimale.

Comment réagir ?

La vision 360° du chef de projet AMOA implique nécessairement de prendre de la hauteur face à des demandes qui ne sont pas des anomalies, mais des évolutions. L’objectif est d’éviter tout dépassement de charges en (j/h) et un glissement de planning.

En conclusion : le Product Owner et/ou le chef de projet se doit d’être rigoureux dans sa méthodologie et sa communication avec l’ensemble des acteurs, afin d’arriver à la validation de l’ensemble des développements. Respecter les jalons et tenir un cahier de recette permettent d’obtenir des résultats satisfaisants dans le cadre d’une recette dite « Agile ».

Les outils que j’utilise pour mener un projet Agile

Redmine

Redmine est une application web de gestion de projet très complète avec de multiples fonctionnalités. L’une de ses fonctionnalités est le « rapports de bugs » qui est très utile pour alerter sur les anomalies en phase de recette.

 

IceScrum

IceScrum est un outil de gestion de projet Agile open source. Il respecte chaque étape de la méthode Scrum.

Qu’est-ce qu’un(e) bon(ne) AMOA ?

Pour faciliter la coordination de projet, un(e) bon(e) AMOA doit pouvoir apprécier d’entrer en contact avec les différents interlocuteurs d’une organisation. En effet, l’un des rôles de l’AMOA est d’organiser, planifier et préserver l’unité pour créer l’esprit d’équipe. Mais ce n’est pas toujours facile ! Il arrive souvent que des professionnels ne partagent pas les mêmes méthodes d’organisations. Initier une entreprise à la méthode Agile peut devenir un challenge.

Dans ma mission au sein du groupe de protection social Audiens, je sais que je dois être le moteur du projet au risque qu’il n’avance pas. Un bon AMOA doit donc être pro-actif pour avancer et récupérer les informations nécessaires à la réussite du projet.

En plus de sa capacité à être porteur de projet, le bon AMOA est sensible aux besoins et attentes du clients. Tout au long du projet, il s’assure que l’expérience utilisateur (UX) soit vécue sans frustration. Encore une fois, le recettage n’est surtout pas une phase à négliger.

Pour la réussite d’un projet et la satisfaction des utilisateurs métier je recommande le recettage agile !

Ma citation, représentative de mon travail en tant que consultant AMOA :

« Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *